Événements - Résidences - Résidences 2014/15 - Alicia Medina -

Alicia Medina, restitution de résidence

Jeudi 12 mars 2015, 18h, école supérieure d’art

« La Fabrique des Images » est un programme de résidences croisées d’artistes franco-mexicains, coordonné par l’IFAL (Institut Français d’Amérique Latine). L’école supérieure d’art d’Aix en Provence, partenaire de ce projet, est associée à l’école supérieure des Beaux arts « La Esmeralda », Mexico.

Ce programme s’articule autour de séjours de quatre mois dans le pays partenaire et permet chaque année à de jeunes artistes français et mexicains de pouvoir bénéficier d’une bourse de création et d’un appui logistique leur permettant de mener à bien un projet de création artistique en étroite relation avec l’école d’art partenaire dans le pays tiers.

Cette année, l’école supérieure d’art a accueilli en résidence durant quatre mois, Alicia Medina, jeune artiste diplômée de La Esmeralda. A l’issue de sa résidence, Alicia nous livre un aperçu de ses recherches plastiques à l’ESAAix, sous la forme d’une vidéo, « The Stranger », ainsi qu’une performance intitulée « Ten steps to redemption » qui aura lieu le jeudi 12 mars 2015 à 18h, dans le hall d’entrée de l’ESAAix.

• • • • •

Ten steps to redemption, performance, 15-20mn

A redemption of mind, “We are going to emancipate ourselves from mental slavery because whilst others might free the body, none but ourselves can free the mind. Mind is your only ruler, sovereign. The man who is not able to develop and use his mind is bound to be the slave of the other man who uses his mind...”

Davis, Henrietta (24 March 2010).
« Emancipate yourselves from mental slavery : The origin and meaning behind Bob Marley’s Redemption song. »

The Stranger, video, 17mn 30s

La ville dans laquelle j’évolue est un panoptique, un bâtiment avec une tour centrale depuis laquelle il est possible d’observer chacune des cellules, dans laquelle se trouve un prisonnier.

La visibilité est un piège. Chaque individu est surveillé, dans l’incapacité de communiquer avec un autre prisonnier, ou avec un garde. La foule est abolie. Le panoptique induit ce sentiment d’être vu en permanence, fondement du pouvoir. Le prisonnier voit la tour, mais ne peut jamais savoir d’où il est observé. Les apparences sont trompeuses.

Un jour, pour la première fois, j’ai ouvert les yeux et j’ai vu mon corps tel un panoptique en ruines, essayant de se fondre avec le vaisseau qui m’entoure, qui nous entoure tous. J’ai découvert ma solitude, en tant qu’individu, et me suis à la fois effrayée des milliers de personnages, tous différents, qui s’échappaient de moi.

Qui suis-je ?
Qui es-tu ?
Je suis tous ces visages.

• • • • •

Retrouvez le travail d’Alicia Medina à l’Instituto Cultural de México à Paris du 20 février au 21 Mars 2015, dans le cadre del’exposition collective la Fabrique des Images / Saison 3 regroupant les 3 jeunes artistes actuellement accueillis à l’ESAAix, à l’ENSP et au Fresnoy.

Ten steps to redemption
Performance d’Alicia Medina

Ecole supérieure d’art d’Aix-en-Provence
Jeudi 12 mars 2015, 18h
Durée : 15-20 mn

Cette exposition est présentée dans le cadre du programme de résidences croisées d’artistes, partie intégrante du projet de coopération culturelle et artistique La Fabrique des Images, né de la coopération entre le Ministère des Affaires étrangères du Mexique (SRE), l’Agence mexicaine pour la Coopération internationale et le Développement (AMEXCID), l’Ambassade de France au Mexique et l’Institut Français d’Amérique Latine (IFAL).



ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr