Étudiants - Archives des années précédentes - 2007/08 - 1° année (2007/8) - MÉMOIRES - REBUFFAT Morgane* - <02>Mémoire -

Comment ça commence ?

  • Candidature.. (10.07.07)

Comment je me suis présentée à l’Ecole...
Curieuse et observatrice de ce qui m’entoure, pour me définir.
Avec un intérêt particulier pour les rencontres, relations, confrontations entre gens, milieux, environnements, cultures.
Une observation analysée, exprimée, transmise à travers la photograhie, puis la peinture, l’écriture... pour suggérer du lien entre différents éléments, sans montrer ni préciser. Seulement interpeller, immerger -submerger ?-, donner à sentir, mettre en relation le spectateur et son imaginaire avec l’anecdote, l’histoire, l’ambiance.
Une lecture, puis une approche pratique de l’image (c’est sous cette forme que je travaile) par mes études, et surtout, la réflexion quant à l’usage de celle-ci. Face à une culture de l’image qu’on impose et qui influence, je cherche celle qui se partage et laisse libre cours à l’imaginaire.
C’est pour mûrir, approfondir encore ce travail, pourquoi pas l’enrichir grâce à de nouveaux mediums (son, vidéo), que j’ai choisi d’entrer à l’Ecole Supérieure d’Art d’Aix.


  • Concours.. (17.09.07)

Sujet1 : Goût
Les différents sens ne sont pas des dimensions parallèles et juxtaposées, mais des champs entre lesquels des correspondances nombreuses s’établissent et dont les composantes sont combinées. Les sensations mêlent souvent des éléments qu’elles synthétisent. Il en résulte tout un jeu d’échos et d’analogies que les artistes n’ont pas manqué d’utiliser. C’est évidemment le cas de la musique et de la peinture, plus généralement du son et de la lumière. mais les relations entre le domaine du visible -ou du sonore- et celui du gustatif offrent aussi des possibilités nombreuses.

Nous vous proposons ici une série d’adjectifs qui évoquent les composantes du goût et témoignent dans bien des cas de la façon dont le goût combine les impressions tactiles, visuelles ou sonores.

Vous proposerez à partir de ce principe une réflexion et des tentatives ou des expérimentations qui s’inspirent de quelques éléments de cette liste, en jouant des correspondances que vous pourrez découvrir.

Vous devrez aboutir :

1) d’une part à la réalisation d’un travail plastique dont la forme est totalement libre, en fonction des moyens dont vous disposez ;

2) d’autre part à l’écriture d’un petit essai de deux pages maximum dans lequel vous présenterez votre proposition, en vous appuyant sur toutes les références, scientifiques, plastiques, musicales, cinématographiques, littéraires, etc. qui vous sembleront utiles.

Liste d’adjectifs : salé, sucré, amer, acide, aigre, aigrelet, aigre-doux, suri, acidulé, pimenté, corsé, piquant, épicé, poivré, relevé, insipide, fruité, doux, douceâtre, écœurant, glacé, froid, tiède, chaud, brûlant, léger, lourd, mousseux, moelleux, fondant, croustillant, croquant, coriace, dur, farineux, pâteux, sirupeux, liquide, solide, tendre, caoutchouteux, spongieux, huileux, collant, gluant, gélatineux, crémeux.

Le goût (comme les sensations en général) combine des impressions tactiles, visuelles ou sonores.
Face à cette affirmation, on pourrait se poser les questions de la relation entre ces différentes impressions, et surtout de l’origine du lien entre gustatif, visuel et sonore.

Il semble évident que les sensations sont de l’ordre de l’expérience et de la mémoire.
Ainsi, Proust pensera à ses madeleines quand on pourra associer à la même odeur tout autre goût lié à notre propre mémoire olfactive et gustative.
L’exemple de l’enfant dessinant un carré jaune quand on lui parle de poisson peut également servir cette affirmation : l’enfant, n’ayant jamais mangé que du poisson pané associera à ce plat (et par conséquent à cet animal) l’image d’un carré jaune.
Ainsi se pose la question de la subjectivité des associations gustatif-visuel ou gustatif-sonore.

mon travail propose des expériences à travers trois formats carrés (pour la neutralité et l’ouverture) d’environ 29,5x29,5 cm chacun ; indépendants les uns des autres (afin de ne pas mêler trop d’adjectifs et d’images à la fois).
Je cherche à créer une ambiance visuelle ou tactile sous-entendant un certain goût. Image est assez forte pour inciter le spectateur à cette première lecture.
Associée à cette image, une autre, sous forme de texte, à l’opposé du goût induit en premier lieu. Se créera ainsi un contraste avec « l’image du goût », permettant le constat de ce lien visuel-sonore-gustatif.

Il s’agit donc de renverser des codes (visuels) établis (tout en étant liés à ma propore subjectivité...) afin de faire prendre conscience de l’ancrage de ces liens dans la mémoire, mais aussi dans les cultures.



ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr