Étudiants - Archives des années précédentes - 2009/10 - 1° année (2009/10) - MÉMOIRES - QUINK Maureen -

PIC Giotto

GIOTTO

Le PIC encadré par marine et Don Jacques qui s’est déroulé sur trois semaines, m’appris l’existence de Giotto qui fut peintre, sculpteur et architecte fin XIII, début XIV ème siècle.
Giotto est une figure très importante de la peinture il est considéré comme un artiste novateur, à l’origine d’un renouvèlement de la manière de voire les possibilités de la peinture occidentale. D’après les explications de Don Jacques j’apprend qu’il serait un protagoniste du mouvement que sera plus tard la Renaissance.

Dès lors je comprend l’importance de ce personnage dans le monde de l’art pictural, et surtout je me rend compte de mon ignorance, j’ai toujours gardé à l’esprit le fait qu’avant la Renaissance, les artistes où plutôt les artisans ne signé pas leur travail, par conséquent on ignore bien souvent l’origine de chefs d’œuvres réalisé au moyen-âge.
Le travail sur Giotto ne s’arrête pas à l’étude de sa biographie, nous sommes donc invités en premier exercice à étudier la touche de Giotto, tout ce qui constitua son génie. Pour cela il nous est demandé un travail très sécurisant qui consiste à faire un relevé des éléments présents qui nous interpelles chez Giotto.

...

...

Le Bestiaire :

Nous disposons de nombreuses reproductions, j’en choisi trois. Ce qui m’intrigue le plus au départ c’est la présence de ces animaux.
Giotto a un bestiaire riche, presque toujours présent : mouton, chèvre, bouc, chien, âne, cheval mais aussi chameau.
C’est animaux ont un traitement très intéressent ils sont dotés d’une expressivité troublante, de grands yeux bleues cernés de noir, des positions qui sont parfois retrouvés chez les hommes tel un mimétisme. Ces animaux sont dotés d’une certaine humanité, et sont parfois drôles, notamment sur la reproduction que j’ai choisi d’interroger, ou deux chèvres et un mouton sont collés. Je trouve que le mouton qui dors a une attitude lasse comme si il était fatigué de la scène se jouant devant lui.

...

...

Paysage :

mis à part les animaux qui m’ont beaucoup amusés je constate que les paysages de Giotto, ne changent pas énormément toujours cette présence d’une idée de montagne, où il exploite un automatisme de réalisation des formes très anguleuses, assez agressives, toujours traitées en dégradé de tons marron, gris ocre jaune.

Dans les compositions de Giotto on constate une très légère présence de végétation, qui ressemble d’avantage à des algue, le traitement y est très simplifié, pour moi il est presque enfantin.
L’architecture qui parfois encadre les personnages, ou bien les surplombe, chez Giotto elle est très épurée, elle est presque toujours la représentation de lieu de culte, il va au plus simple, utilisant presque automatiquement l’arche. Ce que j’utilise d’ailleurs dans la toute première peinture que je fais afin d’expérimenter les couleurs de Giotto.

...

...

Personnages :

Les personnages de Giotto sont très importants, ils sont au centre de la lecture de la peinture, Giotto exploite le jeu des regards, les personnages se répondent, soit par leur regard, où bien par l’expressivité de l’attitude de leur corps ; notamment sur le détail qui influencera ma peinture la plus importante, qui comporte deux femmes l’une debout l’autre accroupie, la première ayant une étoffe sur la tête qu’elle fait tomber sur le dos de la seconde.
Les personnages de Giotto sont toujours en relation avec un élément que ce soit un autre personnage, un animal, ou encore les décors comme dans la reproduction où un personnage épouse la roche sur laquelle il est presque couché.

Afin de comprendre les composants des tableaux de Giotto, je réalise des croquis d’animaux, un dessin au fusain de l’un des personnages, dans ma première peinture j’expérimente l’architecture de Giotto, et je réalise également de nombreux croquis sur une même page, de drapés.

...

...

...

...

Réalisation d’une peinture à la manière de Giotto :

Pour moi une peinture de Giotto se comprend comme une composition de forme coloré. En effet la présence des animaux, des personnages, est essentielle, seulement ce que je vois en regardant ces peintures ce sont des recherches de mise en relation de formes et de couleurs.
Ce qui va évidemment influencé la peinture que je souhaiterai présenter plus en détail lors de l’évaluation.
J’ai donc choisi un détail, cette scène avec ces deux femmes liées par un drapé. Je choisi ce point de départ car il est impossible pour moi de partir totalement libre pour réaliser une peinture. Je par donc sur l’idée de représenter cette scène en gardant les mêmes repères chromatiques du jaune pour le personnage debout, le vert faisant la liaison et du rouge pour le personnage accroupi. Je choisi de représenter de la même manière la disposition des corps sous ces drapés, seulement je fais disparaitre les visage, pas parce que je veux me faciliter la tâche mais parce que ce qui m’intéresse c’est la forme colorée que je peint non pas le personnage de la peinture de Giotto.
Pour ce faire je travail debout, une avec trois pinceaux attachés ensemble pour m’en constituer un plus grand, suivant le conseil de Don Jacques je commence par poser l’ensemble des couleurs, surtout pas de détails comme nous le répète marine. Exercice difficile pour moi. Le résultat obtenu ne me convient pas du tout, seulement Don Jacques, marine et marc Aurel me dise que ce que j’ai réalisé est intéressent, je n’abandonne donc pas. Après avoir passé beaucoup de temps ma peinture devient une composition étrange, fantomatique, de drapés colorés, formant une composition circulaire.
Un jeu dans la composition, si on lit la présence de deux personnages la peinture peut prendre la dimension d’un jeu d’enfant, on se cache sous des draps, jouant au fantôme, ou tout simplement jouant à cache-cache.
mais on peut tout aussi bien lire une dimension fortement connotée sexuellement. Ou un personnage s’adonnerait au voyeurisme, ou encore à un jeu sexuel quelconque , ou encore une scène témoignant de l’homosexualité des deux personnages féminins représentés ainsi.
Au final le travail sur Giotto qui pour certains, nous a permis de découvrir cet homme, fut un réel prétexte à peindre et à se libérer de nos mauvaise habitude. Comprendre ce qu’est la touche d’un artiste, et surtout que c’est au travers de son travail et non de sa biographie que l’on peut réellement connaitre un artiste.

...

...

...

peinture finale :

...


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr