Étudiants - Archives des années précédentes - 2011/12 - 1° année (2011/12) - DOCUMENTATIONS ARTISTIQUES (Mémoires) - MIROUS Charlotte - École -

Plateau (première semaine)


Un lieu oublié.
Froid, ombragé, plein de vent.Le bruit des gravier sous nos pieds, un peu de béton.
Le son des voitures qui passent comme un fleuve qui s’écoulent.
Il y a un bruit de tonelle qui s’agitte avec le vent, les feuillent s’envolent.

C’est vide mais pourtant très bruyant.
On entend aussi les machines de mécatronique et de l’atelier bois.

C’est le dépotoir de l’école (Poubelle, matériel cassé, une caravane délabré..)
«  Ecole supérieure d’art  » est affiché sur la façade au dessus des tags.


Chaque écoles a une histoire, un passé. Il y a bien sûr sa date de construction, le moment où elle a été fondé, par qui, pourquoi.
Toutes ces choses là se savent même si on y attache souvent peut d’importance. mais ce que l’on sait moins c’est ce qu’il y avait avant l’école.
Ici, comme souvent quand l’on creuse à Aix-en-Provence, il y avait une villa romaine. C’est surprenant de savoir que sous notre école se trouve des mosaïques, qu’une histoire est préservé.
En foulant son sol tout les jours, on n’y aurait pas pensé si on ne s’était pas intéressé à son histoire.
L’histoire d’une école fait son identité propre.

Après avoir pris la connaissance de l’existence de mosaïques dans l’école. Nous leur avons essayé de donner une certaine matérialité à ces vestiges. Par un procédé simple et efficace.

Les traces de tags sur les murs. Certains veulent laisser leurs traces, ce n’est pas toujours esthétique, mais cela marque une histoire, un passage, une présence.
Les traces de vieilles affiches sur les murs, d’évènements passés il y a une durée indéterminé.

Une école c’est aussi une architecture. La notre est peu semblable aux autres. Habillement étudié pour que l’on circule sans se mouiller, vitrée,
éclairée, spacieuse et étendue. D’un style des années 70, un brin démodé.

Se tourner vers un lieu que l’on côtoie tout les jours, le regarder d’une autre façon, apprendre des choses sur lui, l’appréhender avec plus de sensations, d’émotions.
On s’imprègne du lieu, on le respire, l’observe, le touche, l’entend. On le découvre.

Un avis extérieur sur l’école. Le principe est d’aller voir les gens dans la rue et de les questionner. N’essuyant que les refus en nous intéressant qu’aux gens que nous croisions dans la rue, nous avons décidé d’aller demander aux commerçant.

1) Connaissez vous l’école d’art ? Savez vous où elle se situe ?

2) Que pensez vous qu’on fasse dans une école d’art ?

3) Pensez vous que l’école d’art joue un rôle dans le quartier/dans la ville ?

4) Savez vous ce qu’il y avait avant su le site de l’école d’art ?

GALERIE :

1 «  Oui, nous connaissons l’école d’art. On entend parlé depuis notre installation en juillet mais sans plus.  »
2 «  Nous imaginons vaguement.  »
3 «  Un peu d’influence  »
4 «  Non, nous ne sommes pas au courant.  »

mAGASIN D’ImPRImERIE

1 «  Non, je ne la connais absolument pas. En fait si, il avait un ami qui y était et je suis allé dans l’école un jour voir une exposition.  »
2 «  Je ne sais pas  »
3 «  Non et cela n’aide pas non plus mon commerce.  »
4 «  AUCUNE IDÉE.  »

FRIPERIE

1 «  Oui, car beaucoup de client ont des cartons à dessin et nous disent être en école d’art.  »
2 «  Ce qu’on fait en art, je vais être très classique :dessin, peinture..  »
3 «  Non, PAS D’INFLUENCE.  »
4 «  Non.  »

PHARmACIE

1 «  Oui, vers là bas (faisant un geste de la main).  »
2 «  ON Y GLANDE ET ON Y BOIT BEAUCOUP DE BIÈRES..  »
3 «  La seul trace qu’ils laissent ce sont des tags sur les murs  »
4 «  Non.  »

mAGASIN DE JEUX (GAmE)

1 «  Non.  »
2 «  De l’art, SOUS PLUSIEURS FORmES.  »
3 «  Tout peut avoir un rôle mais heu non, au courant d’aucun projet.  »
4 " Non. 


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr