Étudiants - Archives des années précédentes - 2006/07 - 1° année (2006/7) - MÉMOIRES (1° année 2006/07) - BORISSOFF kathialyn -

Sériegraphie/Gravure

Atelier Gravure/lino graphie

C’était une expérience totalement nouvelle pour moi. Je repris la fascine de mon atelier dessin et sélectionnais un bout de celle-ci. Je me suis retrouvée face à ce bout de plastique et de lino, et cet outil ne sachant pas réellement où j’allais. Lorsque la gravure fut finie, je n’avais aucune idée de ce que l’impression allait donner. Ce fut le moment le plus magique. même si nous sommes dans la série, il est très intéressant de jouer avec les noirs, blancs et les gris et de changer ce qui ce dégage de la gravure en elle-même.

Photos de gravure

En ce qui concerne la lino graphie j’ai réellement pris plaisir à gratter dans la matière. Reproduire un dessin en grattant le blanc était un peu abstrait au début. Dans l’avancement de mon travail je me jetais à l’eau en ne concevant pas le résultat final. Au moment de l’impression ce fut une grande surprise. On se rend compte que la lino graphie est juste une opposition entre les noirs et blancs. J’ai voulu tenter de faire des gris mais le résultat n’était pas aussi satisfaisant que pour les noirs et blancs.
J’ai pris un réel plaisir, malgré la répétition de l’acte que représente la gravure comme l’impression. Je ressentais un esprit de chaîne, d’usine qui s’installait entre les individus. Ceci pourrait sembler assez lourd, mais quand on est vraiment dans son travail ce n’est pas perturbant.

Photos lino graphie

Atelier Sérigraphie

J’ai commencé le travail après avoir sélectionné deux dessins de mon cahier de recherche, réalisés à partir de bout de bois.
Dans l’atelier Sérigraphie j’ai pris conscience qu’il y a vraiment un travail de minutie à respecter dans le passage de la peinture sur la feuille et sur le placage de celle-ci, puis lorsqu’ on repasse une autre couche de peinture où il faut alors ajuster la feuille précisément. J’ai donc voulu que mon travail ne se réalise pas dans cette optique là. Les dessins de base n’étaient pas précis. J’ai donc souhaité jouer avec çà, je me suis amusée à décaler légèrement la feuille ce qui a provoqué des effets de flous. Ceux-ci donnent une sensation de perte de repères. J’ai beaucoup apprécié de jouer avec l’œil, mon œil, mais aussi celui des autres car les sensations sont toujours différentes en fonction de l’individu qui regarde le support, l’objet.

Photos Sérigraphie


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr