Étudiants - Archives des années précédentes - 2009/10 - 1° année (2009/10) - MÉMOIRES - DALES Marjory -

Sérigraphie.

Pour ce nouvel atelier astucieusement nommé PIm (pratique image et média) nous avons donc abordé la sérigraphie, ou l’art de se prendre pour une imprimante...Tout cela avec l’aide de Clément et d’Antoine.

Notre nouvelle mission (et nous l’avons acceptée) fut donc de créer une affiche sur un thème commun :

La Rencontre.

Dans cette affiche, nous devions lier un texte à une image. Les contraintes s’arrêtaient là. Nous avions le champ libre. Les 40 élèves furent répartis par groupe de 2, mon binôme fut alors brillamment complétée par Flo.

Nous avons choisi, après moult recherches, de nous axer sur un aspect bien particulier de la rencontre, car si celle ci peut avoir des aspects positifs, nous avons choisi l’autre côté. Ainsi, notre affiche sur la rencontre parlerait d’une sorte d’affrontement.

Notre première étape a été de créer l’image en elle même, qui constituerait le fond de notre affiche. Pour cela, nous nous sommes procurés deux photos, de type portraits. L’une me représentant, l’autre représentant Flo. Pour accentuer notre idée de rencontre, nous avons opté pour une affiche présentant une sorte d’article de journal, mais bien au delà de ça, notre affiche s’est tout naturellement tournée vers autre chose : le cinéma.

Ainsi, notre projet était de faire une vraie/fausse affiche de cinéma, présentant un film dont les deux protagonistes (des psychopathes) s’affronteraient dans une même ville. La maquette fut montée avec plus ou moins de facilité...et ceux grâce à photofiltre, photoshop, et mon plus fidèle ami, j’ai nommé google image...

Les photos durent être redimensionnées et placées dans la page, les couleurs durent être harmonisées pour que l’ensemble ne soit pas choquant à l’oeil...en bref, un boulot de maquettiste (???).

JPEG - 1.9 Mo

Une fois achevée, nous dûmes nous attaquer aux textes. Ceux ci avaient déjà été ébauchés depuis un moment mais le moment était venu de finaliser tout ça...

Le concept était simple, je m’amusais à décrire Flo en la glissant dans le personnage d’une dangereuse psychopathe, et elle faisait de même pour moi. Le résultat devait être un minimum proche de la réalité, et ce fut le cas !
Au final, je fus transformée en une meurtrière surnommée le sourire de l’ange, tuant mes victimes en leur arrachant le coeur, tandis que mon ennemie était surnommée l’écarlate, et adorait utiliser la truelle de maçonnerie (en réalité je faisais référence au couteau, en peinture, mais une truelle c’est quand même plus drôle...).

Une fois les textes écrits, et le titre du film choisi (« Sang coeur ») nous nous sommes une nouvelle fois cognées (aïe) à la mise en page ! C’est lorsque la maquette fut totalement achevée que nous rencontrâmes un autre problème épineux...le passage de l’ordinateur (et donc, impression numérique) au rendu sérigraphie final. Pour faire simple et direct : adieu les mégapixels, bonjour les problèmes de contrastes ! Adieu dégradés, bonjour couches de couleurs !

Après plusieurs remaniement et essai d’impression, Flo et moi sommes tout de même parvenues à obtenir notre super calque au format de l’affiche ! En réalité, nous avions deux calques, un pour l’image et un autre pour le texte, un peu comme le système de calques qu’on retrouve sur photoshop...

Enfin, nous avons pu comprendre ce qu’était exactement la sérigraphie...que du bonheur...et du tiflex...

La Sérigraphie, c’est la vie.

Ou l’art de porter une blouse autrefois bleu lagon, parsemée d’encre, avec la plus grande classe ! Passons les odeurs agressives et la peur de se faire des taches indélébiles sur des vêtements-pas-chers-mais-qu’on-aime-quand-même et parlons technique ! Nous avons ainsi abordé la solarisation (« imprimer » l’empreinte du calque sur une plaque couverte d’une substance non identifiée) précédant le passage au karcher pour révéler l’image ( c’est un peu comme la photographie en fait !) et voilà, nous obtenons un super typon que l’on pourrait garder jalousement pendant des années et des années...(mais comme on est bonne joueuse, on l’a quand effacé après.).

Ensuite, nous sommes passées à l’impression en elle même, et pour cela, nous avons du encadrer notre œuvre de scotch (pour éviter que l’encre ne s’infiltre dans le cadre en bois et ne décolle l’ensemble) et faire de même pour la « spatule » (je ne me souviens pas du terme technique u_u) qui nous servirait à napper l’encre et à imprimer, tout simplement.

Récapitulatif des étapes à franchir pour aboutir à une affiche sérigraphiée :
- Faire une maquette (sur ordinateur ou à la main)
- finaliser la maquette en l’imprimant sur deux calques de format A3 (si la maquette a été faite à l’ordinateur, elle doit d’abord être imprimée sur deux feuilles A3 avant de photocopier le tout sur des calques de même format. Si la maquette est faite « à la main », la reproduire au posca noir sur les deux feuilles de calque)

- Solarisation. (poser les calques, poser l’écran (sur lequel viendra « s’imprimer » le motif), fermer le « couvercle », faire le vide. Enfin entamer la solarisation (les temps d’exposition pourront varier selon l’intensité de solarisation que l’on veut obtenir...).)

- Rinçage : poser l’écran et le rincer au karcher. Le motif du calque se dévoile alors sur l’écran.)
- Rincage
- Passer sur les tables, monter l’écran dans le mécanisme. Poser une feuille d’essai, étaler l’encre sur l’écran, et enfin...utiliser ses bras pour « imprimer »...
Ci-dessus, un pot d’encre argent et un pot d’encre noire, notre mélange pour faire « le fond » de notre affiche (les portraits)

Une fois les affiches finalisées, il faut « effacer » l’écran. Pour cela il faut étaler une sorte de gélatine sur les deux faces (avant cela on aura bien enlevé l’encre...). On laisse agir et HOP on repasse le tout au karcher. Ceci a pour effet d’effacer totalement l’écran. Une fois que celui ci a séché, on le couvre à nouveau de gélatine (une autre sorte que celle citée plus haut), et on place le tout dans l’étuve pour que cela sèche. Au final, on obtient un écran totalement vierge, prêt à être solarisé.

C’est la lutte finale...


Après plusieurs combats concernant l’impression de notre texte sur l’affiche (nous avons du créer un nouvel écran avec un temps d’exposition plus long, pour nous permettre d’accroitre la lisibilité) (enfin nous avons du aligner le texte à l’image de fond ce qui ne fut pas une mince affaire...)

finalement, nous sommes passées à « l’exposition », ou plutôt la présentation.

Sang Coeur


Notre affiche comporte deux éléments, le texte, et l’image. Cependant, les deux se retrouvent au final pour former un ensemble...
D’abord, nous avons le texte. Chacune de nous a écrit la description de l’autre en la glissant dans la peau d’un personnage fictif, et pour le moins dangereux. Le texte pose l’histoire de notre affiche de cinéma. Il présente le titre du film, les description des protagonistes, et évoque la rencontre en une phrase : « qui gagnera la partie ? ». En dessous de tout cela, la mention « sortie en salle le 24mars » aboutit le lien que l’on peut faire entre le texte et l’image.

En effet l’image a été « étudiée » pour ressembler à une affiche de cinéma (qui en lui même constitue un lieu de rencontre avec les gens, avec un film, etc). Elle présente nos deux portraits (coupés en deux verticalement) et nous positionne de manière à sous entendre l’affrontement. (Pour cela nous avons regardé les affiches de film qu’on retrouve sur google image : Freddy contre Jason, Alien vs Predator...).

Enfin, le style de l’affiche en lui même évoque un vieil article de journal, ou encore un avis de recherche, et pourquoi pas une sorte de rapport policier. Pour cela nous avons choisi une typographie type machine à écrire (téléchargée sur Dafont) et nous avons fait en sorte que l’image en elle même évoque un article de journal (photo, cadres, ensemble en noir et blanc, gros titre, etc).

mes impressions.


Je ne connaissais pas du tout la sérigraphie avant d’arriver dans cette école (enfin, je ne connaissais que le nom). Ce fut donc intéressant d’en comprendre les règles et les mécanismes. Étant intéressée par le milieu de la publicité, le fait de concevoir une affiche ne pouvait que me plaire ! A présent me voilà bien embêtée pour choisir mon ARP de l’année prochaine (parce que je compte bien rester à l’école) si la sérigraphie est disponible...


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr