Étudiants - Archives des années précédentes - 2009/10 - 1° année (2009/10) - MÉMOIRES - Delaigue elise -

VOLUmE ; chaise

réalisation d’un volume à partir de la chaise objet de notre quotidien,allégorie de l’être humain...
par groupe de trois nous devons réaliser un volume,pour nous se sera un tabouret instable,difficile à réaliser,un demi cercle etant la base de notre tabouret nous devons le réaliser en metal,découverte de la soudure,du pliage de métal...

« L’instabilité du Kubitsang »

L’idée est d’imaginer puis réaliser un objet sculptural faisant référence à la chaise, avec laquelle sera associé un son, ensuite présenté sous forme de performance.

Au début de l’atelier des groupes ont été mis en place, je me trouve donc avec maureen et Emma.Nous commençons donc chacune dans notre coin à faire des croquis et à explorer la chaise.Ce fut alors pour chacune un flots d’idées avec de nombreux croquis tous personnel,ce qui rendit plus difficile de trouver une relation entres nos dessins.Personnellement j’ai plutôt travaillent sur l’atmosphère qui pouvait ressortir lorsqu’une personne est assise,la chaise comme support à notre être penseur.

J’appréhende alors de travailler avec des personnes que je ne connais pas, et qui semblent être loin de mes idées.
finalement l’idée qui nous convient et plus celle de la chaise atmosphérique.Au départ il s’agissait de noyer la chaise dans de nombreux éléments qui plongeraient la personne assise dans l’atmosphère que nous aurions choisis.Seulement visuellement l’idée serait trop évidente,et trop compliquée à réaliser dans le temps qui nous est donné.

On simplifie notre idée en prenant le parti d’utiliser une sorte de casque que porterait la personne assise et où tout ce passerais.
Comme des séquences qui défileraient successivement.
A cela on veut rajouter une instabilité dans l’assise qui obligerait la personne à être très concentrée,en position désagréable,stressée, elle devrait donc subir douloureusement ce que nous aurions décidé de lui faire subir.Cette idée convient aux autres.Donc nous continuons de travailler aux problème qui se posent par rapport au sens que l’ont veut donner et au contraintes de la réalisation.Ce qui va par la suite nous amener à simplifier la forme, jusqu’à nous faire changer presque de concept et de volonté sans même que l’on s’en rende tout à fait compte. Ce sont les événement et les contraintes autant de réalisation,que d groupes,le fait que nous ayons osa tous le mêmes avis.

Il fallait commencer la réalisation,je fut alors très enthousiaste,et motivé,enfin passer à la réalisation concrète.On part donc dans l’atelier bois,afin de savoir comment réaliser notre assise instable,celui-ci n’étant pas très accueillant,on a des difficultés à trouver la bonne solution pour notre réalisation.On va donc faire faire un tour dans l’atelier métal,on expose notre projet à Christophe lui même motivé par notre projet il nous expose toutes sorte de solutions pour sa réalisation.
L’instabilité que l’on voulais produire en faisant un système de roulement juste sous l’assise n’est pas réalisable,trop compliqué.
Je part don sur l’idée d’un tabouret « culbuto » qui plaît bien aux autres.

On utilise des barres métalliques,que l’on courbe en arrondi avec une machine,on va constituer un demi cercle avec des arrêtes métalliques.Vraiment motivées on se lance, je tord les tiges en essayant d’avoir la même courbure/Enfin arrivée à courber 12 barres,Christophe nous explique que pour arriver plus facilement à ce que l’on veut il faut mettre tous les demi cercle à la même taille,puis les recouper en deux de manière à avoir 24 quarts de cercles.
Il faudra souder toutes les barre à une pièce circulaire qui sera au centre du demi cercle,une barre pliée et qui fait un cercle sera le deuxième point de soudure de chacune des barres.

nous avons donc réalisé le socle de notre tabouret instable,fières de notre début de réalisation. J ’ essaye donc de le faire tourner sur le béton. un son agréable en ressort,l’idée nous vient alors d’utiliser le son pour notre performance finale,nous allons donc en atelier son,enregistre les différents sons sur différent supports,fer,bois et plastique.

Par la suite nous fixons le tabouret sur le socle « culbuto »,notre objet est presque fini,car nous voulions tout d’abord mettre un casque sur la tête de la personne assise sur notre tabouret instable,mais nous nous sommes vites rendus compte que cela n’apporté pas grand chose à notre réalisation, nous ne travaillons plus forcément sur une concrétisation de l’atmosphère donné au spectateur,nous voulons déstabiliser l’intervenant qui se trouve sur le tabouret . Comment faire ?

Au début on pensaient le déguiser,ce serai donc par la honte qu’il tomberai.Cela nous ne convenait pas, après réflexions je pensai travailler sur des textes traitant de la folie mentale pour mettre mal à l’aise l’intervenant, maus ne trouvant pas de textes nous nous sommes tournées vers des textes déstabilisant par leur crudités,gênant et qui désemparent la personne qui les écoute.

Nous avons donc créé un son intégrant à la fois nos textes choisis,des auteurs Bukowski,William Seward Burroughs,et Beckect,et les sons enregistrés de notre socle.
Lors de la performance, nous avons voulut déstabiliser maureen qui se trouvait alors sur le tabouret pieds nus avec les deux cannes pour la stabiliser,les projecteur fixés sur elle,le noir dans le reste de la salle,Emma et moi lions des textes mis ont nous voient pas, pour attirer l’oeil du spectateur que maureen,se crée alors un réel défi pour elle de par la performance physique et mentale.


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr