Étudiants - Archives des années précédentes - 2008/09 - 1° année (2008/09) - MÉMOIRES - REZETTE Julien -

01.Sussargues

Les Cabanes

Géniale ! Voilà le premier mot qui me vient à la tête pour décrire cette semaine à Sussargues.

Lundi 6 Octobre 2008, 9h45, on monte dans le bus sans savoir réellement où nous allons (Nous savons seulement que c’est aux alentours de montpellier). Environ 1h30-2H00 de Bus et nous arrivons à Sussargues. Je pense que le nom de cet endroit ne reste pas forcément dans la tête des personnes qui ne font qu’y passer, mais nous y sommes restés une semaine à apprendre et découvrir énormément de choses, je pense donc que ce nom « Sussargues » est bien encré au fond de mon cerveau.

Donc voilà, on arrive à Sussargues et nous partons à pied vers un lieu un peu hors du commun ! Et qu’en je dis hors du commun je pèse mes mots. J’avais l’impression d’être dans un autre monde. Cela peut vous paraître absurde ou simple à dire mais c’est ce que je pense réellement de cet endroit. Tout était différent de ce que l’on connaît, de ce que l’on vit habituellement dans notre quotidien.

Voilà, on tombe nez à nez avec des cabanes. Toutes ces couleurs et le ciel donnaient à ce lieu quelque chose de magnifique. On s’assoit dans l’herbe et Jean-marc nous raconte l’histoire de ces cabanes avant que l’on puisse s’installer. On choisit notre endroit, on installe nos tentes et nous allons manger.

Premier après-midi que nous passons à Sussargues et déjà pas mal de découvertes. On commence par une sorte de jeu où nous sommes deux, l’un a les yeux bandés, l’autre guide (un par moitié du trajet). Le but est d’aller jusqu’à un endroit que nous ne connaissons pas encore et de travailler sur les sensations. J’ai ressenti pas mal de choses mais ce sur quoi je me suis le plus attardé, ce sont les sons et tout ce que j’ai pu toucher sans réellement savoir ce que c’était. Imaginer ce qui m’entoure par des sensations, voilà ce qui était important. Nous arrivons à la carrière, l’endroit où nous allons faire presque toutes nos expériences (exercices). On fait nos exercices toujours en rapport avec ce jeu de sensation puis les profs décident alors de nous perdre et nous laisser seuls pour retrouver les cabanes. Ok ! Là c’est la merde. On se retrouve par groupe, j’étais avec Vlad et Sarah. Tous les trois perdus ! Au début on aurait pu s’en sortir mais on est parti du mauvais côté, le grand classique ! On marche, on marche, on marche, On s’arrête, et on remarche, on marche,... Voilà ce qu’on a fait jusqu’à ce que l’on tombe sur un théâtre dans la pierre (un théâtre fait dans des restes de carrière). On décide de se faire une petite pause et de regarder ce qui nous entoure. On repart et on marche jusqu’à la route ; on aurait pu marcher le long de la route et revenir aux cabanes comme ça mais je sais pas ce qui nous a pris, on est reparti dans la forêt, autrement dit pour se perdre à nouveau. On continue à marcher mais je sens que l’on commence à devenir fous ! Vlad part dans ses délires et se met à pousser des cris et à faire le chien ou à chanter « Constant Sorrow » quant à Sarah, elle me racontait la vie de tout ce qu’elle avait dans son sac alors que j’étais entrain de me prendre la tête à retrouver le chemin. On a quand même fini par retrouver les cabanes mais cette première journée m’avait rendu fou. Voilà ce qui était le plus important dans cette première journée : la découverte d’un nouvel endroit, apprendre à connaître nos profs, à connaître la classe, à faire de nouvelles expériences mais surtout à regarder attentivement ce qui nous entoure.

Le deuxième jour s’enchaîne facilement, on travail sur nos projets et on s’intéresse un peu plus aux cabanes (leurs couleurs, l’architecture, toutes ces formes différentes les unes des autres). On part à nouveau vers la carrière et je regarde ce que je n’avais pas vu quand j’avais les yeux bandés pour essayer de sentir ce que j’avais senti le jour avant. mais ce n’était pas pareil. C’est vrai que lorsque nous sommes privés d’un de nos sens, les autres s’accentuent fortement. C’était intéressant de passer au même endroit et que l’on te dise « c’est cette plante que tu as touché hier ou alors, c’est sur cette pierre que je t’ai fais marcher (volontairement !) ». Ce stage m’a fait énormément réfléchir sur tout et n’importe quoi. Je me demande même si je ne me suis pas retourné le cerveau. Bon, on arrive à la carrière et on recommence nos exercices mais maintenant on prend un objet dans notre exercice : un miroir. On marche avec ce miroir, on le tient dans nos mains en hauteur, à l’horizontal, sous notre nez,...

C’était intéressant de pouvoir regarder ce qui nous entoure ou ce qu’il y a au-dessus de nous sans bouger les yeux et juste par le biais d’un objet. Ensuite, nous revenons à nouveau seuls aux cabanes mais cette fois c’est beaucoup plus simple, j’arrive plus facilement à me repérer. Le soir arrive, on se met à table (un peu comme dans les gros repas à la fin des Astérix et Obélix) et on parle tous ensemble, on s’amuse, on fait la fête et on danse.

Je dois avouer que ce deuxième réveil aux cabanes était assez sévère et le temps n’était pas vraiment de notre côté. mais c’est bien de regarder cet endroit avec un temps différent, surtout de regarder les couleurs qui changent aussi avec le temps. Bon, vu le temps qu’il fait je pense qu’il était préférable de rester aux cabanes à faire ce qu’on avait à faire. On a attendu que le temps se calme avant de sortir mais il a fallu attendre le soir pour que ça se calme. Et le soir était encore festif, je me suis mis à faire de la clarinette et Jean-marc jouait de la guitare. C’était une bonne soirée.

Jeudi 9 Octobre 2008, le dernier jour et la dernière nuit à Sussargues. Je me suis réveillé assez tôt ce matin là, je devais faire mes photos argentiques , ce que j’ai vraiment apprécié faire, c’était la première fois que je faisais de l’argentique. Je crois que c’est aussi pour cela que j’ai choisi photo en atelier optionnel... Et on recommence une journée de découvertes. On part pour la carrière, après avoir lu notre texte sur les cabanes, mais on part chacun de son côté pour faire ce que l’on veut (de la photo numérique, du dessin, ramasser des éléments,...). J’ai fais énormément de photos ce jour là et quelques croquis. Donc, on arrive à la carrière et on continue avec ce miroir mais cette fois c’est pour une réalisation vidéo. On projette le reflet du soleil sur les murs de la carrière et nous devons faire des formes précises pour qu’il y ait une certaine cohérence dans cette vidéo. Ensuite, on part sur un autre exercice dans le son. On forme des groupe et chaque groupe à sa musique ou son bruit, son son. On faisait l’intro du « lion est mort ce soir », je sais pas pourquoi mais on a chanté cette musique pendant tout le stage. Un « chef » dirigeait chaque son et quelqu’un faisait les prises de sons (le but de donner quelque chose de plus ou moins concret mais c’était pas trop ça). mais bon, on était là pour se familiariser avec les différents cours de l’école. Après, retour au bercail et dernier soir tous ensemble, donc dernière soirée... Une terrible soirée !

Vendredi 10 Octobre, dernier matin où l’on doit ranger notre bordel et tout nettoyer... et retour en bus vers Aix-en-Provence...

Une semaine inoubliable. Je pense que cette semaine m’a permis d’apprendre énormément sur la perception et le regard que l’on pose sur ce qui nous entoure et donc la façon d’analyser ce qu’il y a autour de nous. Je ne regrette rien de cette semaine et elle a permis aussi à toute la classe de se connaître et de créer une bonne entente. Voilà, une semaine de découvertes et d’expériences à Sussargues.


ESAAix - Ecole supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr