École - Le centre de documentation - Ressources - Mentions légales et logotypes - Logotypes -

Légendes autour d’une icône de l’ESAAix

L’âne d’or d’Apulée (également connu sous le titre Les métamorphoses)
Le héros, un aristocrate prénommé Lucius (comme l’auteur du livre, Lucius Apuleius), connaît différentes aventures, après que sa maîtresse, Photis, l’a transformé en âne par accident. Il apprend que, pour retrouver sa forme humaine, il doit manger des roses. Ses diverses aventures malheureuses et burlesques au cours de cette quête des roses sont l’occasion pour Lucius d’apprendre et de raconter au lecteur de nombreuses histoires (le mythe de Psyché et de Cupidon, « la marâtre empoisonneuse », « la bru sanglante », etc.), mêlant l’érotisme aux crimes sanglants et à la magie. Bien que la signification du récit puisse faire l’objet d’interprétations diverses, il semble que le voyage de Lucius soit aussi un voyage spirituel, une initiation à la magie en même temps qu’une mise à distance de la sorcellerie par le comique.
+ d’infos sur wikipedia.fr

L’âne de Gonfaron, la légende de l’âne volant
La fête de l’âne volant se fête en avril. En fin de journée, l’âne édifié à cette occasion est brulé. Au cours du temps, plusieurs versions de la légende son nées ! mais la légende la plus réputée est celle-ci : Le village est surmonté par une chapelle portant le nom de son Saint patron : Saint Quinis. La tradition voulait que les habitants se réunissent pour un procession vers la chapelle, il était donc demandé aux habitants de nettoyer les rues par lesquelles passerait le cortège. En 1645, un Gonfaronnais « grincheux » refusa, on ne sut jamais pourquoi, refusa de faire cette besogne de propreté et s’écria simplement : « Si Saint Quinis trouve le passage trop sale, il n’aura qu’à sauter par dessus ! ». Selon certains il ajouta quelques propos désobligeants. La municipalité fit procéder d’autorité au travail nécessaire. La fête eut lieu dans la joie et la bonne humeur, mais l’incident resta pourtant dans le mémoire des habitants... Quelque temps après, le vieil homme revenant de la campagne sur son âne, descendait les pentes de la Carnaraute (nom local de la montagne qui domine Gonfaron au Nord). Or sa bête, énervée par les taons, prit soudain une allure précipitée. A tel point que quittant son chemin, elle fit un vol plané au-dessus du ravin tandis que son piteux cavalier était projeté rudement sur le sol. Connue aussitôt, sa mésaventure fit la joie et la risée de tout le pays, et chacun de s’écrier : « C’est bien fait, Saint Quinis l’a puni, son âne a volé ».
+ d’infos sur wikipedia.fr


ESAAix - Ecole supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr