Études supérieures - Les enseignements - Plateforme Image et Edition - Atelier Édition numérique - Quelques éléments de documentation en ligne - Micro-édition et fanzinat -

micro-éditeurs (liste + liens + questionnaire)


============================
GRAPHZINES ET mICRO-ÉDITIONS
============================

COPIECARBONE
http://www.copiecarbone.net/

TOC
http://www.t-o-c.org

JHON mAGAZINE
http://johnmagazine.free.fr/

TURBOmAGAZINE
http://www.turbomag.ch/

ORBE
http://www.orbe.org/

TERRE NOIRE
http://terrenoireeditions.chez-alice.fr/

LE DERNIER CRI (HÔPITAL BRUT)
http://www.lederniercri.org/

KUNG FU mAGAZINE
http://www.3615kungfu.wb.st/

ELK
http://www.elkzine.com/

KOBE BOOKS
http://terrenoireeditions.chez-alice.fr/p_kobe.htm

NIEVES
http://www.nieves.ch/main.html

LES ÉDITIONS DU 57
http://perso.wanadoo.fr/leseditionsdu57/

FRANCE fiCTIONS : 9-9 REVUE D’ART PRATIQUE, AIRBUG, DEmAIN, CE SOIR...
http://france.fiction.free.fr/

JETSÉDITIONS
http://jetseditions.free.fr/

Éd. F.L.T.m.S.T.E.P.C.
http://faisletoimeme.free.fr/


========
ÉDITIONS
========

è®e
http://www.editions-ere.net/

l’œil électrique
http://oeil.electrique.free.fr/


=====================
TOUT PLEIN D’ÉDITEURS
=====================

http://www.zazieweb.fr/site/editeur/pageediteur.php














=============
QUESTIONNAIRE
=============

parmi les infos qui m’intéressent pour présenter votre magazine (maison d’édition...) :

- motivations de départ ?
- motivations à continuer (si pas les mêmes) ?
- origine des contenus ? (votre propre production ? celles de tiers ?)
- buts poursuivis ?
- ligne éditoriale ?
- structure juridique ?
- votre magazine (maison d’édition...) est-il (elle) une initiative bénéficiaire ? équilibrée ? déficitaire ?
- procédés de duplication ?
- part de fabrication (éventuellement) sous-traitée ?
- part de fabrication (éventuellement) réalisée par vos soins ?
- matériels de fabrication possédés ?
- modes de diffusion ?
- nombre d’exemplaires ?
- nombre de lecteurs ? d’abonnés ?
- contacts et échanges avec d’autres initiatives du même type ?
- rapports imprimé/web ?
- qui êtes-vous ?
- combien de temps y consacrez-vous ?
- quelle est votre formation ? quel est votre parcours ?
- de quoi vivez vous ?
- etc...

(remarque : le questionnaire ayant évolué dans le temps, ne pas s’étonner si tous ne semblent pas répondre à toutes les questions)



========
RÉPONSES
========













ÉDITIONS TERRE NOIRE
http://www.editionsterrenoire.com


///motivations de départ ?
S’autoéditer, se débrouiller seul, apprendre, faire tout soi-même. Faire quelque chose de concret plutôt que du démarchage auprès d’autres éditeurs.


///motivations à continuer (si pas les mêmes) ?
Éditer d’autres personnes, développer la singularité de notre ligne éditoriale, continuer avec un minimum de moyen, faire le meilleur travail possible avec le minimum de moyens. Faire circuler l’énergie.


///Origine des contenus ? (votre propre production ? celles de tiers ?)
D’abord de l’autoédition. Ensuite d’autres personnes. S’ils peuvent être publiés ailleurs, ils le sont. Pas de personnes ayant de vélléités de « professionalisation ». Parfois des rééditions de livres photocopiés à une dizaine d’exemplaires par leur auteur.


///Buts poursuivis ?
Continuer tant qu’on peut...


///Ligne éditoriale ?
Faits à la main par des chômeurs ! Travaux artistiques bruts, forts, éventuellement a priori impubliables. Image, bande dessinée, journaux intimes manuscrits, sous littérature de trottoir... Pratique de l’autodérision, méticuleuse transcription du désarroi quotidien, photographie d’une réalité vécue comme un cauchemar, autoportraits aux visages usés prématurément. Soi-disant « glauque », mais en fait : « réaliste ».


///Structure juridique ?
Asssociation loi 1901.


///Votre magazine (maison d’édition...) est-il (elle) une initiative bénéficiaire ? équilibrée ? déficitaire ?
Les meilleures ventes (800 exemplaires !) payent les plus mauvaises (dix exemplaires !). Personnel entièrement bénévole, travaillant à plein temps. Rentrés d’argent ponctuelles par le biais d’expositions, etc. Comptabilité underground.


///Procédés de duplication ?
Photocopie numérique. Couvertures sérigraphiées.


///Part de fabrication (éventuellement) sous-traitée ?
Tous les aspects de la fabrication sont réalisés dans nos locaux à part les photocopies qu’on fait nous-même dans un atelier de reproduction du coin de la rue...


///Part de fabrication (éventuellement) réalisée par vos soins ?
Entière.


///matériels de fabrication possédés ?
Une colleuse de bureau, une colleuse industrielle, un massicot, une ofset en cours de remise en marche, cinq postes PC, scanners, imprimantes de seconde main.


///modes de diffusion ?
À la main. Librairies dans la région lyonnaise (une quinzaine), librairies autres (une douzaine). Festivals. Comptoir de présentation dans nos locaux.


///Nombre d’exemplaires ?
Entre 50 et 200, exceptionnellement 400 pour certains titres « porteurs » (collection « No Présent »). Retirages au besoin.


///Nombre de lecteurs ? d’abonnés ?
Pas d’abonnés. Difficile à savoir... Une trentaine de livres en neuf ans, pour une moyenne de 100 ou 150 exemplaires.


///Contacts et échanges avec d’autres initiatives du même type ?
Le Dernier Cri, marseille. StripBurger, Lljubljana. Éditions de bandes dessinées, en tant qu’auteurs, chez Six Pieds Sous Terre, Les Requins marteaux, Ego Comme X. Réseau de structures alternatives d’actions sociales etc.


///Rapports imprimé/web ?
Un nouveau site réactualisé tous les 15 jours avec infos, vente en ligne, recherches, inédits, interviews, livres téléchargables...


///Qui êtes-vous ?
De trois à cinq membres actifs.


///Combien de temps y consacrez-vous ?
Huit à 10 heures par jour.


///Quelle est votre formation ? quel est votre parcours ?
Différent selon les membres. Diplômés. Chômeurs. Pas de qualification éditoriale particulière. Apprentissage sur le tas.


///De quoi vivez vous ?
Rentrées d’argent aléatoires.


///Etc...
etc etc...


Lucas méthé pour TERRENOIRE














LE DERNIER CRI
http://lederniercri.org/


///motivations de départ ?
L’ImPASSE DU mILIEU DE L’EDITION LA HAINE DU VIDE

///motivations à continuer (si pas les mêmes) ?
Le vide du milieu de l’édition

///Origine des contenus ? (votre propre production ? celles de tiers ?)
haine et frustration le propre de l’artiste ? notre production et celle d’autres déviant outsider du monde entier

///Buts poursuivis ?
stakanoviste mongoloid infection des yeux et purge grafike

///Ligne éditoriale ?
vomir des yeux

///Structure juridique ?
Asso 1901 hahahahahahaha !!!!!!

///Votre magazine (maison d’édition...) est-il (elle) une initiative bénéficiaire ? équilibrée ? déficitaire ?
Précaire comme le monde dans lequel on « évolue »

///Procédés de duplication ?
muscles, cadres seritoxikes (serigraphie semi automatike + manuelle) et papier plié à la main. mode de fabrication artisanal.

///Part de fabrication (éventuellement) sous-traitée ?
Offset sous traité mais en France

///Part de fabrication (éventuellement) réalisée par vos soins ?
75 %

///matériels de fabrication possédés ?
Plateau de tournage pour animation numerike 16 mm, atelier de sérigraphie (machine semi automatike 70 / 100 cm + une machine a bras du même format) équipé pour les films

///modes de diffusion ?
manuelle et controlée par nos soins

///Nombre d’exemplaires ?
De 2000 a 1000

///Nombre de lecteurs ? d’abonnés ?
C’est quoi ça ?

///Contacts et échanges avec d’autres initiatives du même type ?
Oui dans le monde entier le papier résiste

///Rapports imprimé/web ?
Le web facilite la diffusion des information
Le papier reste le meilleur support pour le trait sale

///Qui êtes-vous ?
Le Dernier Cri c’est deux personnes à temps complet : Pakito Bolino et Caroline Sury, artistes éditeurs comme dirait l’autre (qui font tout de l’impression à la mise en page la couleur le montage des films le pliage à la main les pakets ect....... ) + tous les artistes ki participent
le boulot n’est pas organizé il s’organise tout seul..... avec des bénévoles en plus pour les sessions d’encartage follement amusantes

///Combien de temps y consacrez-vous ?
35 HEURES PAR JOUR

///Quelle est votre formation ? quel est votre parcours ?
BOZART D’ANGOULmERDE + esclavage divers dans le milieu de « l’art »

///De quoi vivez vous ?
Des livres !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!














JHON mAGAZINE
http://johnmagazine.free.fr/


///Pouvez-vous m’expliquer pourquoi et comment vous faites ça ?
Alors... Pourquoi...? Simon & moi sommes tous deux passionnés par l’art et l’édition. J’ai fait beaux-arts à Paris, et simon, Lissa, une école d’art appliqué. A l’époque, je travaillais en tant qu’assistante dans une galerie, et Simon comme graphiste dans une agence. Nous avons toujours rêvé de lancer notre propre magazine ainsi que les livres d’art/livres d’artiste. Comme nous n’avions pas de budget mais beaucoup d’idées, nous avons commencé par le site (en avril 2003).

L’idée était simple, un portfolio en pdf à télécharger. Ensuite, avec le temps, on a developpé de plus en plus de projets en collaborant avec d’autres editeurs ou des artistes et amélioré la lecture sur le site.

Le but, c’est de promouvoir et de soutenir les jeunes artistes meconnus ou inconnus, puis de proposer une autre vision de ce qui est l’art actuel comme on pratique ou comme on imagine. La plupart des revus, des magazines d’art, et des livres d’art/artiste présentent essentiellement les vedettes, les artistes qui ont déjà acquis une certaine renomée. Il n’y a pas vraiment de support qui soutient les jeunes artistes. Ils ont besoin d’un support pour montrer et exister. Voilà, pourquoi on travaille toujours avec les jeunes talents (en tout cas, on essaie de trouver les jeunes talents...!).

Plus la passion et l’amour pour l’édition. La fabrication (de la conception d’un projet jusqu’à la finalisation, donc le livre), le contact avec les autres editeurs, lecteurs, libraires et artistes sont aussi important dans ce travail.

On a une imprimante laser couleur Xerox, et comme on avait un format standard (A5), on avait pas besoin de massicoter. Cette imprimante donne une couleur très satisfaisante, sauf qu’une cartouche d’encre coûte 100 euros, 4 couleurs donc 400 euros. Voilà pourquoi on a maintenant un imprimeur. Tout de même, on a imprimé pas mal de livre pendant un an avec cette imprimante. À l’époque, donc, avant d’avoir recours à un imprimeur, nous avons fait toute les reliures : dos carré collé avec un adhésif double face ou agrafé (une fois). maintenant, comme on a un imprimeur, tout passe chez l’imprimeur ; moi, je fais la maquette, c’est tout. C’est imprimé, façonné, et livré à la maison ; la classe !

Comment on finance les projets, et la production ?
Simon & moi sommes tous les deux graphistes freelance, nous avons un boulot alimentaire comme on dit. Un tiers de nos revenus part dans le projet d’edition. C’est aussi simple que ça !

On travaille également pour un projet de revue pour la rentrée de septembre 2006, comme le portfolio JHON sur notre site, en papier. Les livres d’artistes que nous avons édité jusqu’ici étaient auto-financés, mais là, on va essayer d’obtenir les subventions. La presse et l’edition sont deux univers différent dans le rythme, la diffusion etc. mais la presse et l’édition sont tout à fait complémentaires, et notre objectif est d’avoir ces deux-supports afin de mieux diffuser et de promouvoir les artistes.

À bientôt,
Bori Son














TURBOmAGAZINE
http://www.turbomag.ch/


Voilà ...

///motivation(s) de départ ?
Créer un mensuel qui n’a pas de règles ou de dépendances de contenu.
Promouvoir les créations qui n’ont pas forcément leurs place dans les autres publications.

///motivation à continuer (si pas les mêmes) ?
Le Turbo magazine est un projet à long terme et j’aimerais le voir évoluer le plus longtemps possible.

///Origine des contenus ? (votre propre production ? celles de tiers ?)
En général je propose un sujet et je dessine avec d’autre personnes (cela varie entre 2 et 50 participants). mais il m’est aussi arrivé de demander à d’autre personnes de réaliser un Turbo magazine (turbomag #16 #20 et #23) entier sans ma participation (sauf pour la production).

///Procédés de duplication ?
Photocopie, Laser, Inkjet.

///matériels de fabrication possédés ?
Photocopieuse, imprimantes laser & jet d’encre.

///Part de fabrication réalisée par vos soins ?
100%

///Part de fabrication (éventuellement) sous-traitée ?
0%

///modes de diffusion ?
Principalement par les abonnés.

///Nombre d’exemplaires ?
Entre 100 et 200.

///Nombre d’abonnés ?
Entre 70 et 80.

///Contacts et échanges avec autres initiatives du même type ?
Rares mais parfois grâces au petits festivals ou par internet.

///Rapports imprimé/web ?
L’URL du site internet du Turbo magazine et la seule information se trouvant sur chaque numéro du magazine, c’est important car la grande majorité des abonnés ont conclu leur abonnement par internet. J’ai aussi différents projets en tête pour faire participer des personnes d’un peu partout et le web est de loin la solution la plus adaptée à ces projets à venir.

///Qui êtes-vous ?
Adrien Horni, né à Genève le 20 Juin 1982, je vis actuellement à Bienne.

///Quelle est votre formation ? votre parcours ?
Académie maximilien de meuron, Neuchâtel (1 année)
Cours préparatoire à l’Ecole Cantonale d’arts visuels de Bienne (1 année).

École Cantonale d’arts visuels de Bienne (4 ans, diplôme et CFC de graphiste).

///De quoi vivez vous ?
Divers mandats de graphismes & aide de cuisine 2 jour par semaine.

///Turbomagazine est-il une initiative lucrative ? équilibrée ? déficitaire ?
Équilibrée.

///Combien de temps y consacrez-vous ?
Difficile à dire, chaque numéro ne prends pas le même temps et je ne travaille pas en bloc, mais je dirais entre 3 et 7 jours par mois.

À la prochaine,
Adrien














LES ÉDITIONS DU 57
http://perso.wanadoo.fr/leseditionsdu57/


///motivation(s) de départ ?
Nous sommes tous les deux plasticiens et nous avons en commun un amour et une pratique du dessin, de la micro-édition. Je pourrai vous dire en gros : On réalise les livres qu’on aurait envie d’acheter.

///motivation à continuer (si pas les mêmes) ?
Il y a le plaisir d’un côté et la necessité de l’autre, le plaisir je ne reviens pas dessus, la necessité (je parle pour moi) elle est liée au travail de dessin. Le travail d’édition consigne les étapes d’avancement du travail dessiné, une série donne lieu à un livre et une étape est franchie.L’évolution est constante, les livres ses répères.

///Origine des contenus ? (votre propre production ? celles de tiers ?)
L’idée des éditions du 57 c’est de pouvoir éditer nos propres ouvrages avec une liberté totale (formats, supports, contenus...) et de pouvoir inviter les artistes qu’on aime à réaliser des ouvrages (puisque nous avons mis en place un principe de résidence nous permettant de recevoir des gens, de concevoir avec eux et sur place des ouvrages).

///Procédés de duplication ?
Impression jets d’encre, impression laser couleurs ou noir et blanc. Nous sommes auto-subventionnés donc, nous avons investie dans un petit parc de matériels (ordinateurs, imprimantes, scanners...), nous avons amassé un stock de papier divers et voilà.

///matériels de fabrication possédés ?
Imprimante laser couleur + imprimante laser noir et blanc + imprimante jet d’encre couleur (le massicot, on se débrouille pour l’emprunter ou on trouve des procédés qui nous permettent de faire sans)


///Part de fabrication réalisée par vos soins ?
Tout : scannerisation, maquette, impression, reliure, finitions, emballage...


///Part de fabrication (éventuellement) sous-traitée ?
Pour un seul ouvrage nous avons fait appel à une imprimerie : nous avons fait la maquette, la mise en page, eux l’impression (photocopie noir et blanc) et la finition (édition reliée avec des anneaux métalliques + film plastique).


///modes de diffusion ?
Internet est notre principale source de diffusion (commande via le site), sinon nous déposons dans les librairies (Rennes et Paris essentiellement) et nous faisons quelques salons (chaumont salon de la petite édition graphique / Paris salon light...).

///Nombre d’exemplaires ?
Les exemplaires sont tirés à la demande, on évite ainsi les stocks. on décide ainsi qu’un livre est épuisé lorsqu’on est plus en mesure de l’édité ou qu’on estime « qu’il a fait son temps ». le seul livre que nous avons fait imprimé est « le cahier de jeanne », sorte de journal tenu par emmanuelle Pidoux, il a été tiré à 100 exemplaires et un retirage de 50 est en cours.

///Nombre d’abonnés ?
Nous ne travaillons pas du tout à l’abonnement ce serait trop complexe à gérer, l’abonnement nécessite une production régulière hors nous ne sommes pas dans cette politique de production, encore une fois liberté totale de ne rien sortir pendant 6 mois ou de faire 12 livres en une semaine.

///Contacts et échanges avec autres initiatives du même type ?
On a des contacts avec des gens comme jhon magazine, nieves, fltmstpc, superkasher...en parallèle aux éditions du 57 je gère depuis trois ans un site de dessins en ligne : frédéricmagazine.
il est composé de la forme web (sorte de publication journalière de dessins) et d’un yahoogroupe (échange de mails en direct, tout le monde écrivant et recevant les messages sur la même adresse, un forum en quelque sorte mais à l’ancienne) ce site génère beaucoup d’échanges, de discussions et il permet une publication de dessins qui voient pour la plupart le jour plus tard dans des éditions diverses. C’est une sorte de vitrine, quelquechose qui tente au quotidien de montrer ce que c’est que le travail de dessin en même temps qu’elle combine celui de la mise en page (publication), puisque chaque page est soigneusement réfléchie avant d’être publiée.
beaucoup des acteurs du site sont eux mêmes des micro éditeurs indépendants.

///Rapports imprimé/web ?
Je crois que c’est ce qu’on touche avec « frédéricmagazine », le web peut permettre une publication immédiate, facile et rapide, tenter des mélanges mais ça ne remplace pas l’objet « livre », le web permet une autre sorte d’ expérimentation, c’est un laboratoire dans lequel on tente des expériences et où beaucoup de monde est susceptible de passer (c’est aussi ça l’immédiateté du web) et pas seulement des initiés, le web comme complément donc et comme outil (puisqu’il nous sert de plateforme de ventes).

///Quelle est votre formation ? votre parcours ?
Emmanuelle et moi sommes titulaires d’un Dnsep, elle de Dijon, moi de Dunkerque.

///De quoi vivez vous ?
J’ai été prof de vidéo dans l’école des beaux arts de dunkerque (secteur pratique amateur) de ma sortie de l’école (il y a 6 ans) jusqu’a cette année (la mairie a fermé cette section pour des raisons obscures de rentabilité je suis donc au chômage) et emmanuelle est elle aussi enseignante dans cette école municipale.

À bientôt,
Frédéric Fleury














TOC
http://www.t-o-c.org/


///motivations de départ ?
Avoir un support de diffusion artistique qui soit complémentaire de la galerie (SmP).
Une revue de dessin qui soit lisible par tous, pas de langage, traductions etc. Un espace, papier, ouvert à tous.

///motivations à continuer (si pas les mêmes) ?
Au fur et à mesure, la revue toc est devenu un vrai projet de collaborations.

///Origine des contenus ? (votre propre production ? celles de tiers ?)
Toc est une revue de dessin ouverte à toutes les propositions dessinnées. Un thème fédérateur, rassemble les dessins. Les thèmes sont annoncés dans les toc déjà parus ainsi que sur le site web de la revue (www.t-o-c.org). Toc est un projet développé par l’artiste Géraldine Pastor Lloret, édité par l’association SmP. Pour chaque parution, un artiste est invité à collaborer à l’élaboration du numéro.

///Procédés de duplication ?
Impression offset.

///Nombre d’exemplaires ?
Du n°1 au n°7 toc a été tiré à 1000 exemplaires.
A partir du n°8 toc sera édité à 600 exemplaires.

///modes de diffusion ?
Par courrier, vente au numéro ou pour les abonnés. Présentation de la revue dans les expositions où je suis invitée. Sinon quelques points de diffusion comme : Le magasin, Librairie Flammarion (Centre Pompidou), SmP, Red District (marseille), Galerie du jour Agnesb, Le Lieu unique (Nantes), Parker’s box (galerie New York) ou le CRAC de Sète. La diffusion est un point sensible et de plus en plus difficile. La revue étant semestrielle, cela limite la dynamique de présentation dans ces lieux. Le format, grand, de la revue, n’est pas facile à présenter, et la revue est souvent refusée pour cela. mais ce sont justement ces particularités (format, liberté de parutions et d’éditions) qui nous ont poussé aussi à faire cette revue.

///Nombre de lecteurs, d’abonnés ?
Environ, une centaine d’abonnés

///Rapports imprimé/web ?
La revue papier est un objet particulier où les mises en page sont des compositions mélangeant plusieurs dessins. Le site web, lui, est pensé comme l’index de la revue, on peut y voir qui a dessiné quoi.

///Qui êtes-vous ?
Géraldine Pastor Lloret, artiste, et SmP, galerie associative à marseille (gérée par Stéphane magat et moi-même)

///Quelle est votre formation ? quel est votre parcours ?
DNSEP marseille, Luminy

///De quoi vivez vous ?
Emploi CEC au sein de l’association SmP

///Votre magazine(maison d’édition...) est-il(elle) une initiative bénéficiaire ? équilibrée ? déficitaire ?
Déficitaire, mais qui apporte une vraie complémentarité et une lisibilité à la galerie SmP.

///Combien de temps y consacrez-vous ?
Environ 2 mois par an

Bises
Géraldine














KUNG FU mAGAZINE
http://www.3615kungfu.wb.st/


///motivations de départ ?
Réunir 4 personnes ayant un goût prononcé pour le dessin. fixer sur le papier, sur les pages d’un livre nos diverses réalisations, pour créer un objet.


///motivations à continuer (si pas les mêmes) ?
Développer les productions individuelles. Affirmer Kung Fu éditions.


///Origine des contenus ? (votre propre production ? celles de tiers ?)
Notre propre production + celle des tiers sur le webzine (« Club des 5 »).


///Procédés de duplication ?
Impression laser.


///matériels de fabrication possédés ?
Nous avons la chance à (l’école d’art de) metz de posséder un atelier d’édition dont l’accès est assez libre. L’ensemble de la fabrication peut donc être réalisée à l’école. Impressions numériques laser sur une imprimante Epson Ep660 (il me semble ), scanner A3 et même un massicot, qui date un peu et qui demande de la patience, mais qui a le mérite d’être là. Pour des raisons esthétiques et des convictions, nous tirons sur un papier Cyclus qu’on ne trouve pas a l’école. On l’achète donc a un imprimeur de metz.


///Part de la fabrication réalisée par vos soins ?
Les premiers numéros ont étés réalisés du début à la fin par nos 8 mains : tirage, pliage, agrafage, puis massicot au péril de notre vie...


///Part de la fabrication (éventuellement) sous-traitée ?
Aujourd’hui, pour des raisons techniques et aussi parce que ca s’est révélé être un gain de temps considérable, selon les éditions, on demande à l’imprimeur qui nous vend le papier (Cyclus) de nous poser les agrafes et de massicoter. Ce que, dans sa grande bonté, il ne nous facture pas ou très peu.


///modes de diffusion ?
Internet, dépôts, salons.


///Nombre d’exemplaires ?
Kung Fu magazine : 80 exemplaires. Productions individuelles : variable.


///Contacts et échanges avec d’autres initiatives du même type ?
Les éditions du 57, Jhon magazine, FLTmSTPC, Turbo magazine, Jets éditions...


///Rapports imprimé/web ?
Web : outil de promotion (les livres sont consultables). Webzine : alternative à l’édition papier / lieu de croisement, d’échanges de tout un réseau.


///Qui êtes-vous ?
4 amis rencontrés à l’école des beaux-arts de metz, il y a 5 ans (Kung Fu fondé en 2003).


///Quelle est votre formation ? quel est votre parcours ?
Actuellement, tous les 4 en cinquième année à l’école supérieure d’art de metz.


///De quoi vivez vous ?
Pas de ça.


///Votre magazine (maison d’édition...) est-il (elle) une initiative bénéficiaire ? équilibrée ? déficitaire ?
Équilibré.


///Combien de temps y consacrez-vous ?
Tout notre temps passé à l’école, étant donné que notre production se tourne principalement vers l’édition. À l’avenir, toutes les autres productions (éditions individuelles) seront visibles et en vente sur le site.

merci !
Kung Fu














ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr