Étudiants - Archives des années précédentes - 2009/10 - 1° année (2009/10) - MÉMOIRES - FAUVET Sébastien -

semaine thématique

E-Topie : technologie de la mobilité

Cette semaine thématique a eu lieu à l’amphithéâtre de l’école du 23 au 25 février 2010, organisé par Jean Cristofol, professeur de philosophie et Jean-Paul Ponthot, directeur de l’école supérieure d’art d’Aix en Provence.

PDF - 570 ko

A travers le développement de la micro-informatique et internet, nous sommes entrés dans un nouvel univers de communication interactif ou les frontières deviennent de moins en moins visible. Le monde apparait comme un gigantesque tout. La combinaison des technologies mobiles modifie peu à peu notre de communiquer et notre manière de percevoir et de nous mouvoir dans l’espace.

Le 23/02

De la mobilité à la modernité les formes de déplacement, comme le changement de position dans l’espace et de mouvement, le moment de déplacement.

La question du pourquoi on se déplace comme la marche, la course, etc. a été posé cette semaine sous ses différentes formes.

Présentation de la mobilité, du livre de poche au pocket-film, les road-movies d’ « easy riders » à « straight story », sans oublié le terme « Ubiquité » : la possibilité d’être partout en même temps.

- Fréderique Entriago, professeur à l’école supérieure des Beaux-Arts de marseille, membre du Studio Lentigo : « le corps, le lieu, le réseau »

Présenation de l’artiste miguel Chevalier « Ultra Nature », le Ear Studio « Latering post »,

La ville a changé autrefois définit un territoire limité. Elle croisse en mégapole dont les nouvelles technologies reconduisent les frontières.

Référence
Bruce Sterling « les mailles du réseau »
film « Blade runner, vidéodrom »
mit Senseable « city real time Rome 2006 »
Guy Debord - situationiste « The nacked city » 57

- Gwenola WAGON, artiste, maître de conférence à l’université Paris 8, travaille sur l’érance de la navigation à la perte. Son outil principal le GPS pour se déplacer et naviguer aux hasards des lieux pour découvrir des espaces.
Le But est de dépasser les automatismes du quotidien qui « cadre nos trajets » pour tenter et découvrir d’autres chemins, d’autres aspects.

24/02

- Charles Népote, directeur du programme Identités actives de la fiNG (Fondation InternetNouvelle Génération) est contributeur à open Street map

Le fiNG crée des interéseaux, éditions de livres, projets, événements et Think tank. qui cote environ 20 pers. voir fing.org

Le numérique a changé la cartographie comme google, openstreetmap, twinverse, etc.

Exemple de ces nouvelles formes de cartographie le collectif « Grrr » qui a fabriqué une carte avec des enfants de Nantes et en collaboration avec la glacière (avec entre autre des zones de bombardement de crottes de pigeon). Cette carte a connu un vif sucés au prés des habitants jusqu’aux politiques locales.

Site référencé : urbanmobs _ apl téléphonique cartographié ; where-i-can-live.com_chercher des lieux où dormir à petit budget.

25/02

- Carlos Casteleira, photographe, vidéaste, professeur à l’école supérieure d’art d’Aix en Provence et Raphaël Sage, Sociologue, fondateur de l’association biomix, responsable de Seconde Nature : « présentation du projet TERRAZ »

Référence

« Terre natale ici comme ailleurs » livre de Depardon et

- Benoît Labourdette, réalisateur, producteur de cinéma, scénariste de cinéma, directeur du festival Pocket-film

Présentation de l’histoire du film des frères lumières (systèmes entre photo et machine à coudre) puis l’achat de la machine par méliés, magicien qui veut créer des numéraux avec.

Référence :

- 1er long métrage "Naissance d’1 nation, film en trois partie assemblé
- 1er film 3D de hitchcock « le crime était presque parfait »...Jusqu’à nos jours

Le télephone portable est le réseau numérique 3g qui permet le transfert de vidéo
(grâce à la vente de l’UmTS qui était le réseau de communication de l’armée)

Le téléphone améne une nouvelle maniére de filmer, plu besoin de viser pour cadrer, image de proximité qui film en intimité, discrétion, la forme même de ces nouveaux films rendent le contenu authentique, véridique comparé aux images traditionnels des médias qui sont de moins en moins crédible.

Référence :

- Brian De Palma « Redactile »
- Rec et Rec 2
- Claverfield
- Dayrie of the dead
- l’artiste Rémy Gallard

L’Esthétique amateur rentre dans les mœurs, ce qui plait c’est l’authentique.

AYEKA

Outil :

- Canon 24/36 _1B, _5D
- Camera raide
- téléphone LG Vinti, KU 990,

film de Pippo Delbora, qui film dans son quotidien en Italie l’histoire d’un noir tué pour un de nourriture dans un magasin.

Avec ces outils, la disponibilité de l’outil permet de travailler au quotidien,

« la pratique donne le geste juste »

« L’Indispensable, c’est qu’on en sent la nécessité »

Cela pose aussi la question de l’intimité du droit ou non à l’image...jusqu’ou peut on aller ?

- Adelin Schweitzer, artiste : « augmented Reality - Adelin Schweitzer / redSugar »

Adelin a été étudiant à l’école d’art d’Aix en provence. Il nous a présenté ses travaux comme le « simulateur d’ébriété » et le « vidéopuncher ».

C’est une structure de foire avec un punching-ball, avec un écran tv intégrer dans la structure métallique. Le principe est simple si on tape fort, des images douces apparaissent, si on tape doucement, il y a que des images trash qui apparaissent.

Il s’est présenté avec une machine une structure de sac avec différents éléments informatique : ordinateur, disc dur, batterie moto...

Référence : Stelarc, artiste performtif qui travail sur son propre corps en se perce avec des crochets et se suspend dans l’espace

S.R.L , laboratoire de recherche

Il a présenté la machine « augmented Reality » (voir 1ére photo en haut de la page)

Elle permet de redécouvrir la ville grâce à une prothèse électronique qui modifie nos perceptions de la réalité.

<Adelin Schweitzer propose à son public une promenade singulière, une expérience
au court de laquelle il peut évoluer dans un quotidien transfiguré.

Pour y participer, l'utilisateur se munit d'un équipement technologique complexe : deux
caméras miniatures, deux micros omnidirectionnels, une paire de lunettes vidéo, un casque audio immersif, une balise GPS et un ordinateur portable. Le matériel est programmé pour saisir l'environnement perçu en trois dimensions et le restituer en temps réel.

Le visiteur voit et entend la ville au travers un filtre artificiel d'effets sonores et visuels qui la métamorphose.

Cet instrument a une double vocation : expérience artistique et recherche cognitive.

Adelin Schweitzer cherche ainsi à mettre en oeuvre une expérience de déterritorialisation de l'individu qui détourne les perceptions humaines et interroge nos cadres de vie. > texte tiré de la brochure

- Peter SINCLAIR, artiste, co-responsable du laboratoire de recherche Locus
Sonus, professeur de son à l’école supérieure d’art d’Aix en Provence.

Il a présenté son oeuvre « roadmusic-AutoSync : la médiation en temps réel comme forme artistique »

Le principe de Roadmusic - AutoSync réinvente l’expérience très commune d’écouter de la musique en voiture, en remplaçant le son produit habituellement par la radio, le lecteur cd ou mp3 par une installation qui produit des sons à partir de l’action de la conduite et de la voiture elle-même.

Changements de vitesse, vibrations, état de la route, deviennent ainsi
les instruments d’une musique propre à chaque voyage.

Le projet concerne l’art sonore, avec une expérience unique qui ne peut-être répété. Tributaire au conducteur/compositeur et aux phénomènes qui surviennent.

Travail sur l’attention de l’instant, Experience introspective.

Est-ce de la musique, de l’art audio ?

Référence : John Eacott, artiste qui a entre autre crée un concert avec un orchestre qui interprété les variations d’une marée grâce à un système de capteur.


ESAAix - École supérieure d’art d’Aix-en-Provence - http://www.ecole-art-aix.fr